Sélectionner une page

Nidavellir

Nidavellir

Dans Nidavellir, vous incarnez un Elvaland, un recruteur mandaté par le roi. A ce titre, vous allez devoir faire le tour des tavernes afin de constituer la plus puissante et la plus brave des armées de nain. Pourquoi ? Pour aller combattre avec honneur le dragon Fafnir qui compte bien s’emparer de toutes les terres du royaume ainsi que de son trésor !

45 à 60 minutes

2 à 5 joueurs

Coin Building – Recrutement

Présentation de Nidavellir

Nidavellir est un des cartons de l’année 2020. Plébiscité par de nombreux média, coup de cœur de notre rédaction, le jeu créé par Serge Laget est édité par Grrre Games. Il s’inspire des mécaniques de deckbuilding et d’enchères afin de créer l’armée la plus puissante qui combattra le dragon Fafnir.

Le concept du jeu

Nidavellir se présente comme un jeu de coin-building. Encore une nouvelle appellation me direz-vous. Mais en l’occurrence, assez logique. Chaque joueur commence avec le même set de 5 pièces d’or qui va évoluer au cours de la partie afin d’obtenir des pièces de plus haute valeur.

Recruter vos nains dans les tavernes

Le principe du jeu consiste à recruter votre armée de nains dans l’une des trois tavernes qui constitue le gros du plateau. Tous les tours, vous dévoilerez autant de nain qu’il y a de joueur dans chacune des tavernes.

Vous et vos adversaires pour alors miser une certaine somme pour choisir les nains que vous préférez recruter en fonction des tavernes. Une fois les enchères effectuées, vous résoudrez le recrutement toujours dans le même ordre. D’abord la taverne de Goblin Rieur, ensuite celle du Dragon Dansant et enfin celle du Cheval Fraguant (et oui, les tavernes on un nom, c’est pas cool ça quand même ?).

Le système d’enchères, la mécaniques phares du jeu

Dans Nidavellir, la mécanique principale sera celle des enchères. C’est de la que provient le terme de « coin building ». Celle-ci tourne autour de votre plateau de joueur. Une fois les nains révélés dans chacune des tavernes, tous les Elvaland mises face cachée en fonction des tavernes. En cas d’égalité, des cristaux de puissance viennent départager les enchères.

Le coin-building provient du fait, qu’en plus de miser, vous allez pouvoir vous défausser de deux pièces pour aller en récupérer une de valeur plus importante dans le trésor royal. Vous allez créer votre propre main de pièce afin de pouvoir recruter les nains qui vous corresponde le mieux dans le temps et ainsi avoir l’armée la plus valeureuse. Car là aussi, le recrutement ne se fait pas au hasard.

« Ça ne compte quand même que pour 1 ! »

Si les nains sont au cœur de votre futur armée, ils ne sont pas tous spécialisés dans les mêmes corps de métier. En fonction de leurs aptitudes, vous pourrez profiter de bonus et autres combinaisons puissantes. Rajoutez à cela les héros et vous avez tous les ingrédients pour mettre en place un jeu de stratégie passionnant. Pour bien comprendre, voici les différents nains que vous pourrez rencontrer dans Nidavellir et comment ils impactent votre niveau de bravoure (et donc la puissance de votre armée)

  • Les guerriers (épée rouge): Leur valeur de bravoure est égale à la somme de leurs points de bravoure à laquelle l’Elvaland majoritaire en grade guerrier rajoute sa pièce de plus haute valeur.

  • Les chasseurs (cor vert) : Leur valeur de bravoure est égale au nombre de grades chasseur au carré. Pas de panique, vous n’avez qu’à placer vos chasseurs à côté de votre plateaux individuel pour avoir le résultat.

  • Les mineurs (pioche orange) : Leur valeur de bravoure est égale à la somme de leurs points de bravoure multipliée par le nombre de grade dans leur colonne.

  • Les forgerons (marteau violet) : Leur valeur de bravoure est une suite mathématique prédéfini. Là aussi vous pourrez vous référez à votre plateau individuel.

  • Les explorateurs (longue-vue bleu) : Leur valeur de bravoure est égale à la somme de leur point de bravoure.

Vous l’aurez donc compris, les stratégies sont multiples pour réussir à obtenir l’armée la plus valeureuse. Est-ce que je vais essayer de me spécialiser dans une classe ? Est-ce que j’aurais un peu de toutes les classes ? Cela dépend aussi des nains de chaque taverne et de vos adversaires, parfois prêt à miser gros pour contrecarrer vos plans. Sachant qu’un autre paramètre vient rajouter un peu de stratégie : Les héros !

Choisissez bien vos héros

Que serait votre armée sans héros dignes et légendaires pour la mener au combat ? Nidavellir intègre donc des héros que vous allez pourvoir recruter dès lors ou vous aurez compléter une ligne de grade complète. C’est à dire une ligne composée de nain de chaque classe d’un même grade. Dès lors où c’est le cas, vous choisirez un héros. Il en existe des neutres et de classes. C’est dernier peuvent vous amener à créer un recrutement en cascade.

Exemple, vous possédez deux lignes de nains complètes mais pas de chasseur. En recrutant un 1er chasseur de grade 1, vous allez finaliser votre première ligne et ainsi pouvoir recruter un héros. Si vous sélectionnez un héros chasseur de grade 2, vous finalisez votre deuxième ligne vous permettant de recruter un nouveau héros.

Chaque héros aura ses propres mécaniques et viendra rajouter des composantes à prendre en compte. Par exemple, la voyante vous permettra de miser après les autres joueurs afin de maitriser vos enchères tandis que Kraal le Vénal, héros guerrier, vous donnera des points de bravoure guerrière complémentaire.

La fin du premier âge

Les cartes de nains se divise en deux paquets. Celles du 1er âge et celle de 2ème âge. En début de partie, vous allez jouer avec le paquet de nains du 1er âge. Une fois celui-ci vide, vous allez effectuer l’évaluation des troupes par le Roi. Les Elvaland qui possèdent la majorité stricte de grade dans chaque classe vont remporter une distinction qui leur donnera un avantage complémentaire pour commencer le 2ème âge. Vous pourrez ainsi devenir la Main du Roi (guerrier) et ajoutez +5 à une de vos pièces directement. Ou encore Grand Armurier du Roi (forgeron) pour placer directement une carte spéciale de forgeron dans votre armée.

La fin du second âge

Le second âge fonctionne de la même manière mais avec un paquet de cartes différents. Comme auparavant, il se termine lorsque toutes les cartes auront été recruter. Ce qui met fin à la partie. Vous devrez alors compter l’ensemble de vos points de bravoure en fonction des classes pour savoir qui sera l’élu capable d’aller combattre le dragon Fafnir.

Les extensions de Nidavellir

En très peu de temps, Nidavellir a su ravir son public et s’imposer comme l’un des meilleurs jeux du genre. Pas étonnant alors que nous ayons vu débarquer sa première extension moins d’une année après la sortie du jeu.

Thingvellir, le Roi a besoin d’aide !

Dans Thingvellir, la Reine Dagfid a quitté le royaume pour partir à la recherche d’un peuple qui pourra les aider à combattre le dragon Fafnir. Elle revient à la tête d’une tribu naine armée des plus spécifique.

Vous pourrez désormais accéder au campement lors des phases d’enchères si vous êtes le joueur avec la plus grosse mise. Vous aurez alors accès à des artefacts, des mercenaires multi-classes et de nouveau héros.

Règles de Nidavellir

 

Retrouvez les règles de Nidavellir en version PDF directement en suivant ce lien.

 

Notre avis sur Nidavellir

Nidavellir est un jeu qui a su charmer son monde. Beau, attractif, doté d’un univers complet (les auteurs ont même pris la peine de conter des légendes sur les héros) il n’en reste pas moins profond et extrêmement stratégique. Le coin building mêle un peu d’innovation à des mécaniques de jeu bien connu et nous pousse à réfléchir avant d’agir. Gros coup de cœur. En l’état, le seul point qui nous manque réside dans le combat avec Fafnir. Car si c’est l’histoire du jeu, il n’y a pas de dénouement. En tout cas pour l’instant. Dans tous les cas, Nidavellir est un jeu que nous recommandons les yeux fermés à tous les amateurs de stratégie.

L’univers du jeu

⭐⭐⭐⭐⭐

Merci, merci, merci ! Nous qui pestons régulièrement sur le manque de profondeur et de background des jeux, ici les auteurs ont pensés à nous plonger dans le monde de Nidavellir. Ce n’est pas grand-chose, mais ça fait plaisir de pouvoir s’immerger.

i

Complexité et règles

⭐⭐⭐⭐⭐

Derrière le côté parfois un peu complexe à expliquer, le jeu est en fait assez simple à prendre en main. Attention toutefois, il est beaucoup moins facile à maitriser et demandera quelques parties avant de pouvoir profiter pleinement des différentes possibilités.

Les mécanismes de jeu

⭐⭐⭐⭐⭐

Enchères, coin building et calcul des points de bravoure sont autant de mécaniques qui vous attendent dans Nidavellir. Le tout reste original et tourne autour de votre stratégie. C’est très bien pensé, simple et efficace.

w

Interactivité

⭐⭐⭐

Le jeu n’a pas d’intéractivité directe. Vous jouez dans l’ensemble pour vous avec vos ressources et votre armée. Là on l’intéractivité entre en scène c’est dans vos choix face aux autres Elvalands et dans le système d’enchère.

Rejouabilité

⭐⭐⭐⭐

Nidavellir propose un système de jeu qui est très profond avec de multiples stratégies à tester et retester. Donc dans les faits, la rejouabilité est très bonne. Encore faut-il ne pas vous lasser du système mais cela est propre à chacun.

Ce jeu est pour vous

 

  • Vous voulez un jeu stratégiquement profond
  • Vous recherchez un jeu avec des mécaniques innovantes
  • Vous aimez l’univers nordique

Ce jeu n'est pas pour vous

 

  • Vous n’aimez pas vous prendre la tête
  • Vous préférez la coopération aux armées de nains
  • Vous n’êtes pas fan des systèmes d’enchère
S’abonner
Notifier de

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez tous les mois nos tests des meilleurs jeux du moment. Pas de spam, pas de millions de mails ! C'est promis.